Energies renouvelables dans le Finistère

Comme toute la Bretagne, le Finistère est très dépendant pour son énergie des importations : essentiellement carburants fossiles aujourd’hui, mais aussi électricité (en grande partie produite par des centrales nucléaires hors de Bretagne).

Pourtant, le département dispose de nombreuses ressources énergétiques : soleil (solaire thermique, électricité photovoltaïques), vent (éoliennes), biomasse (bois énergie, méthanisation…), non seulement sur terre, mais aussi en mer : vent surtout (éoliennes flottantes), vagues et houle, courants (hydroliennes), chaleur (pompes à chaleur littorales), éventuellement gradients de salinité (énergie osmotique). Le Finistère peut ainsi envisager à terme de produire toute son énergie, et même de la stocker pour pallier l’intermittence des énergies renouvelables ou tout simplement absorber les pics et les creux de la demande, par exemple grâce à l’hydrogène ou au gaz renouvelable.

La solution ou plutôt les solutions sont donc à nos pieds, ou au-dessus de nos têtes, surtout si en parallèle on réduit les consommations (isolation, efficacité). Mais il reste à déterminer la meilleure combinaison de ces sources, et à les développer, de préférence au bénéfice des habitants du département plutôt que d’opérateurs extérieurs ou étrangers comme c’est souvent le cas aujourd’hui : c’est très possible pour les projets locaux (financement citoyen). Et il reste à choisir les sources d’énergie qui auront le moins d’impact environnemental (paysages, biodiversité, qualité de l’eau…) et produiront le plus de retour local (emplois, bénéfices économiques).

Comme l’eau et la nourriture, l’énergie est un enjeu politique. Si elle est renouvelable, on peut en faire un vrai projet politique départemental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *